18 février 2018

Bieguni (Les Pérégrins) - Olga Tokarczuk

Olga Tokarczuk jeszcze mnie nigdy nie zawiodła i byłam pewna, że "Bieguni" to będzie kolejna literacka uczta. Lekturę zaplanowałam wspólnie z Sentinelle z zaprzyjaźnionego francuskojęzycznego blogu by tego samego dnia podzielić się wrażeniami po przeczytaniu tej wyróżnionej nagrodą Nike książki, która doczekała się również francuskiego przekładu.

O ile wspaniała proza tej jednej z moich ulubionych polskich pisarek nie była dla mnie zaskoczeniem, to temat  no i przede wszystkim jego ujęcie byly dla mnie sporą niespodzianką. "Biegunów" trudno określić czy zakwalifikować. To nie jest jedna historia, to zbiór wielu dłuższych i krótszych opowieści, anegdot, przemyśleń mających wspólny mianownik. Wszystkie bowiem łączy podróżowanie a Olga Tokarczuk zafascynowana tym fenomenem pokazała nam różne jego oblicza bo człowiek niesiony najprzeróżniejszymi motywacjami podróżuje od zawsze i nic nie jest w stanie go zatrzymać. Podróżować można na wiele sposobów; w dosłownym tego słowa znaczeniu przemieszczając sie z jednego punktu do drugiego, z jednej półkuli na drugą, z wyspy na stały ląd, piechotą, statkiem czy samolotem. Podróżować też można w czasie cofając się w przeszłość czy wnikając w głąb ludzkiego ciała by odkryć jego tajemnice.

To niezwykle bogate w treść literackie spoiwo łączące osobiste przeżycia, fikcję i historię, zmyślonych bohaterów i autentyczne postaci zadziwia swą oryginalnością, erudycją ale przede wszystkim mistrzowskim przekazem. Książka do wielokrotnego czytania, uniwersalna, ponadczasowa, do której na pewno jeszcze kiedyś wrócę.

Wydawnictwo Literackie - 2007 - 460 stron



✮✮✮✮✮

Les Pérégrins

Olga Tokarczuk est l'écrivaine polonaise la plus primée et sans aucun doute ma préférée, elle ne m'a encore jamais déçue. Voici l'un de ses romans les plus connus qui a reçu le prix Nike (équivalent polonais du Goncourt) et l'un des six traduits en français. Je voulais le découvrir depuis longtemps et j'étais ravie de partager cette lecture avec Sentinelle.

Rien à voir avec Sur les ossements des morts qui a été pour moi un coup de cœur. "Les Pérégrins" est un livre inclassable qui m'a éblouie par son érudition sans parler de l'écriture qui m'a encore une fois épatée. C'est un étonnant mélange de récits, d'anecdotes et de réflexions sur le voyage. Un phénomène qui fascine l'auteure et dont elle nous livre les différentes facettes. On peut se déplacer d'un endroit à un autre, d'un continent à un autre, à pied, en avion, en bateau mais on peut aussi voyager dans le temps ou à l'intérieur du corps humain pour découvrir ses secrets. 

Depuis son origine l'homme est en perpétuel mouvement et Olga Tokarczuk nous décrit ses motivations dans un patchwork d'images, d'apparitions et de souvenirs. De courtes histoires tenant sur quelques pages, parfois seulement quelques lignes, des personnages fictifs ou réels forment un ensemble riche et original. J'ai beaucoup aimé ce livre, si différent de mes lectures habituelles. Sans début ni fin, on peut y piocher à volonté pour se régaler de l'imagination de l'auteure, de son intelligence et de son talent à nous livrer un texte à la fois profond et accessible. 

Si vous voulez en savoir plus n'hésitez pas à vous rendre sur le site des Editions Noir sur Blanc et le blog de  Sentinelle dont le billet est précédé de très intéressants carnets de lecture.

Editions Noir sur Blanc - 2010 - 390 pages 
traduit du polonais par Grażyna Ehrard






11 février 2018

LaRose - Louise Erdrich

Ne connaissant Louise Erdrich que de nom, je me réjouissais de pouvoir découvrir son dernier roman dont le résumé m'a plus qu'intriguée. J'ai reçu ce livre grâce au partenariat du Picabo River Book Club, un club de lecture sur Facebook qui met en avant la littérature nord-américaine, et je suis partie en voyage dans une Amérique qui m'était inconnue, celle des Indiens Ojibwé.

Nous sommes dans le Dakota du Nord en 1999. L'histoire débute par un terrible accident qui emporte Dusty, un petit garçon de 5 ans, tué au cours d'une chasse. C'est Landreaux, un Indien Ojibwé qui a tiré par erreur sur Dusty, le fils de son ami et voisin, Peter Ravich. Pour consoler les parents effondrés, Landreaux et sa femme Emmaline décident de leur donner leur propre fils, LaRose, comme le voulait une vieille coutume indienne.

Avec ce beau roman Louise Erdrich nous plonge non seulement dans le quotidien de deux familles indiennes touchées par un drame mais aussi au cœur de l'histoire d'un peuple en voie de disparition. Nous accompagnons LaRose aux côtés de ses quatre parents, ses frères et sœurs mais nous remontons aussi plus d'un siècle et demi dans le temps pour connaître l'histoire de la première LaRose, un prénom qui sera transmis ensuite de génération en génération.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance un peu particulière de ce roman, un mélange d'histoire, de rêves, de traditions et de banalités de la vie. J'ai aimé suivre les personnages dans leurs peines, leurs questionnements, leurs doutes, leur joies et voir comment ils évoluent. L'écriture de Louise Erdrich est puissante mais aussi pleine de grâce et je ne manquerai pas de découvrir les autres romans de cette grande écrivaine américaine.

Albin Michel - 2018 - 528 pages
traduit de l'américain par Isabelle Reinharez


✮✮✮✮


 chez Enna
Picabo River Book Club


4 février 2018

L'homme de l'hiver - Peter Geye

Je pense que ce roman ne se serait jamais retrouvé entre mes mains, s'il n'avait pas été mis en avant par le Picabo River Book Club, un club de lecture sur Facebook consacré à la littérature nord-américaine. "L'homme de l'hiver" fait partie de ces livres "discrets" noyés dans l'avalanche de titres de chaque rentrée littéraire et je suis très contente de l'avoir découvert.

L'histoire commence avec la disparition de Harry Eide qui a fugué et ne sera jamais retrouvé. Il est atteint probablement de la maladie d'Alzheimer, même si ce terme n'est jamais utilisé. Nous sommes dans le Minnesota, à Gunflint une petite ville perdue entre quelques milliers de lacs, près de la frontière canadienne. On fait connaissance avec Gus, le fils de Harry et Berit, celle qui l'a toujours aimé. C'est grâce aux échanges entre Gus et Berit que nous connaîtrons l'histoire de la famille Eide. Berit se remémore son arrivée dans le Minnesota où elle a été envoyée par son père pour travailler dans un bureau de poste et s'occuper de la mère de Harry. Gus se rapelle l'hiver 1963, l'année où son père a décidé de l'emmener dans une longue excursion à la découverte de la nature sauvage.

J'avoue que je n'ai pas été conquise dès le début. Il m'aura fallu un peu de temps pour entrer dans cette histoire entrecoupée de nombreuses descriptions de la nature tout aussi belle et majestueuse que hostile et impitoyable. En semaine où je n'ai pas beaucoup de temps pour lire ma lecture a été souvent interrompue ce qui m'a probablement empêchée de l'apprécier dès les premières pages, d'autant plus que le rythme est plutôt lent. Le roman m'a vraiment captivée au moment où cette escapade dans les contrées sauvages a pris son sens. A partir de ce moment-là je suis allée au bout d'une seule traite ce que l'arrivée du weekend a rendu possible. 

J'ai aimé Berit, son dévouement et son amour infaillible pour Harry, j'ai aimé son histoire et celle de la famille Eide, étroitement liée à l'arrivée des immigrés norvégiens au XIX siècle. J'ai été prise d'affection pour Gus, son courage et son admiration pour son père. J'ai finalement pris goût à pénétrer dans une Amérique qui m'est peu connue et que l'auteur, originaire du Minnesota, décrit à merveille. 

J'ai eu le plaisir de découvrir ce roman en commun avec Kathel


Actes Sud - 2017 - 367 pages 
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Anne Rabinovitch


✮✮✮✰✰

                                                    chez Enna

28 janvier 2018

Drugi koniec świata - Małgorzata Sobieszczańska

Po raz kolejny właściwie przypadkowo wybrana książka, która najpierw przyciagnęła mnie swoją okładką, okazała się bardzo przyjemną lekturą. Lubię takie niespodzianki. Tym samym literacki początek roku mogę uznać za bardzo udany.

Małgorzata Sobieszczańska zabiera nas do przedwojennego Nowogródka, a dokładniej do Mirabilli, malutkiej osady, gdzie  kilka rodzin tworzy zadziwiającą wielowyznaniową wspólnotę żyjąc w zgodzie i przyjaźni i modląc się do swojego Boga w wybudowanej własnymi siłami malutkiej wiejskiej kaplicy

Joanka i jej starsza siostra Olga wychowują się w katolickiej rodzinie, Olga jest młodą urzedniczką, Joanka marzy by zostać aktorką. Wojenna zawierucha pokrzyżuje plany nastolatki zafascynowanej Juliuszem Osterwą a Olgę zmusi do opuszczenia w pośpiechu ukochanej Mirabilli. W powojennej Polsce kilkuletnią a później kilkunastoletnią Olę samotnie wychowuje oddana jej całym sercem ciocia. Współcześnie, Joasia jest początkujacą, z trudem wiążącą koniec z końcem aktorką. Naprzemiennie śledzimy ciekawe losy babki, mamy i wnuczki, stopniowo odkrywając skomplikowane rodzinne relacje.

Bardzo szybko się wciągnęłam w lekturę tej kilkupokoleniowej sagi, której głównymi bohaterkami są kobiety. Ich wplecione w historyczne dzieje perypetie są niezwykle pasjonujące i za każdym razem z ciekawością do nich powracałam. Poza troche idyllicznym obrazem przedwojennej Mirabilli, autorka nie koloryzuje nie szczędząc nieszczęść naszym bohaterkom. Życie je nie rozpieszcza wciąż kładąc kłody pod nogi i zmuszając do niełatwych decyzji.

Podsumowując, poruszająca i naprawde dobrze napisana rodzinna historia, którą oczywiście bardzo polecam.

Wydawnictwo Literackie - 2017 - 512 stron

✮✮✮✮✮

26 janvier 2018

Challenge Petit Bac


Pour la 3ème année consécutive je me suis inscrite au challenge Petit Bac organisé par Enna. Le but de ce challenge est de trouver des titres qui comportent un mot correspondant à une des 11 catégories. Pour le réussir il faut remplir au moins une ligne et cette année je vais essayer d'en finir au moins 2. 

Si vous voulez en savoir plus n'hésitez pas à aller sur le blog d'Enna. Si vous voulez vous inscrire vous n'avez que quelques jours pour le faire, les inscriptions seront closes le 1er février. Voici les catégories de 2018 et mes propositions de titres:

PRÉNOM 
Luz ou le temps sauvage (Luz jak światło)
Le Mystère Henri Pick
LIEU
Les lisières
Les délices de Tokyo

ANIMAL
Les filles au lion
D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds

OBJET
L'amour de pierre
Sous la même étoile

COULEUR
Sucre noir
La servante écarlate

DÉPLACEMENT/ MOYEN DE TRANSPORT
Eleanor Oliphant va très bien
Les Pérégrins

PASSAGE DU TEMPS
L'homme de l'hiver
En attendant demain

TITRE MOT UNIQUE
Abigaël
Constellation

MOT POSITIF 
Et soudain, la liberté
Le gang des rêves

ART
La valse des arbres et du ciel
Le chant du rossignol

GROS MOT (facultatif)
Attachement féroce

21 janvier 2018

Les déferlantes - Claudie Gallay

Cette lecture a été un peu particulière car je l'ai interrompue en plein milieu. Il y a plus de deux ans maintenant j'avais enregistré le téléfilm avec Sylvie Testud que je m'étais promis de visionner une fois le roman lu. Sauf que le changement d'opérateur internet m'a prise un peu au dépourvu et je n'ai pas eu le temps d'aller jusqu'au bout du roman avant le retour de l'enregistreur à l'ancien fournisseur.

La narratrice est une jeune femme qui essaie de se reconstruire après la perte de celui qui a partagé sa vie. Engagée par un centre ornithologique, elle décide de s'installer près de la Hague balayée par les vents et les tempêtes. Elle fait la connaissance de ses habitants: Lili qui tient un café et s'occupe de sa vieille mère, Théo, l'ancien gardien du phare qui est aussi le père de Lili, Morgane et son frère Raphaël et Florelle qui erre sur la plage. L'arrivée de Lambert qui vient vendre la maison de ses parents va troubler le quotidien du village. Cet homme rappelle à la narratrice l'être cher emporté trop tôt par la maladie mais sa présence va aussi mettre à jour le secret d'un drame survenu bien des années auparavant.

Même si j'ai plutôt aimé le téléfilm, ses paysages, la musique, le jeu des acteurs, j'ai beaucoup plus apprécié le livre qui l'a inspiré car on ne peut pas parler ici d'une fidèle adaptation. C'est donc avec plaisir que j'ai repris la lecture pour retrouver tous les personnages qui n'étaient pas présents dans le film et qui font tout le charme de ce joli roman; la petite Cigogne et ses crayons, Monsieur Anselme et ses histoires sur Prévert, Raphaël et ses sculptures, Max et son bateau.

J'ai aimé l'ambiance que ce roman dégage, son décor maritime, son intrigue, ses secrets, ce quotidien fait de choses simples, ses personnages singuliers et attachants et enfin l'écriture sobre de Claudie Gallay. Une belle découverte.

Editions Babel - 2011 - 560 pages
✮✮✮✮



18 janvier 2018

Je lis donc je suis

Le mois de janvier est l'occasion pour revenir à mes lectures de l'année écoulée en jouant avec les titres.
Décris-toi:
Comment te sens-tu ? 
Décris où tu vis actuellement: 
Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ? 
Ton moyen de transport préféré: 
Ton/ta meilleur(e) ami(e) est: 
Toi et tes amis vous êtes :
Comment est le temps ?
Quel est ton moment préféré de la journée ? 
Qu'est la vie pour toi ? 
Ta peur:
Quel est le conseil que tu as à donner ? 
La pensée du jour :
Comment aimerais-tu mourir ? 
Les conditions actuelles de ton âme: 
Ton rêve ? 


14 janvier 2018

Luz ou le temps sauvage (Luz jak światło) - Elsa Osorio

Après la lecture de "La garçonnière" d'Hélène Grémillon qui évoque les atrocités de la dictature en Argentine dans les années 1970, on m'a conseillé de lire "Luz ou le temps sauvage" qui est une véritable plongée dans cette époque-là.

Nous faisons connaissance de Luz à Madrid. Elle y rencontre un certain Carlos qui est en réalité son père biologique, retrouvé après de longues recherches. Luz est une jeune épouse et maman épanouie qui découvre à l'âge adulte qu'elle était la fille d'opposants politiques, l'un de ces "bébés volés" donné en adoption à un couple proche d'un militaire haut gradé. C'est seulement à la naissance de son fils qu'elle commence à se douter de quelque chose et avec beaucoup d'obstination se met à enquêter sur ses origines.

C'est à Carlos que Luz confie ses recherches depuis sa naissance et jusqu'à son adolescence et sa vie d'adulte. Son histoire personnelle est étroitement liée avec celle de son pays, une Argentine sous le joug de la dictature militaire. Le récit de Luz nous plonge dans ces temps pleins d'abominations faites aux prisonniers politiques (détention dans des camps, tortures, disparitions) et dans les recherches des disparus par les "Grands-mères de la place de Mai". Ce livre relate ces tristes événements mais il est aussi une véritable quête d'identité et l'histoire de familles déchirées.

Malgré plusieurs fils narratifs et de nombreux protagonistes je m'y suis facilement retrouvée et j'avais du mal à lâcher ce roman qui est absolument passionnant. Un récit bouleversant fait de rebondissements et de drames. Un de mes coups de cœur de l'année dernière et je me réjouis de la parution d'un nouveau roman d'Elsa Osorio prévue pour ce mois de janvier.

Métailié - 2000 - 356 pages - traduit de l'espagnol par François Gaudry


Luz
jak światło

Jeszcze do niedawna tak naprawdę nie miałam pojęcia do jakich okrucieństw doszło w Argentynie w latach siedemdziesiątych za czasów dyktatury wojskowej. Po przeczytaniu jednej z francuskich powieści, która nawiązywała do tych tragicznych wydarzeń, polecono mi sięgnięcie po "Luz jak światło" Elsy Osorio, która jest jeszcze bardziej wstrząsająca.

Luz jest młodą mężatką i mamą rocznego synka. Poznajemy ją w trakcie podróży do Madrytu, gdzie spotyka się z niejakim Carlosem, który w rzeczywistości jest jej biologicznym ojcem. Luz już jako dorosła kobieta po wielu poszukiwaniach dowiaduje się, że jako niemowlę została adoptowana  i pozbawiona swojej prawdziwej tożsamości a jej rodzicami byli opozycjoniści wojskowej junty.

To w trakcie rozmowy z Carlosem dowiadujemy się o wielu szczegółach z życia Luz; jej narodziny i pierwsze dni życia owiane tajemnicą, okres dojrzewania i wreszcie pierwsze kroki w dorosłość. Jej losy są ścisle związane z historią Argentyny z okresu dyktatury wojskowej. Jej opowieść niezwykle realistycznie opisuje tamte czasy nie szczędząc drastycznych detali. Więzienie, tortury a nie rzadko śmierć groziły wszystkim, którzy nie zgadzali się z rządami wojskowych. Tysiące ofiar, z którymi niewiadomo co się tak naprawdę stało, setki niemowląt odebranych zamordowanym rodzicom i ich rodziny pozostawione bez jakichkolwiek wieści, to Argentyna sprzed czterdziestu lat. 

Elsa Osorio niezwykle ciekawie odtwarza tamtą smutną rzeczywistość ale "Luz jak światło" jest także historią o skomplikowanych rodzinnych relacjach i o poszukiwaniu własnej tożsamości. Naprzemienna narracja, wydarzenia przedstawione z różnych punktów widzenia, sporo interesujących postaci i narastające napięcie sprawiają, że książkę czyta się jak bardzo dobry thriller, którego nie ma się ochoty przerwać. Jest to jedna z moich najlepszych przeczytanych powieści ubiegłego roku i na pewno sięgnę po inne pozycje tej pisarki, niestety nie po polsku bo jak do tej pory tylko ta książka doczekała się polskiego tłumaczenia.

Wydawnictwo Foksal - 2012 - 452 strony - tłumaczenie Wojciech Gilewski


11 janvier 2018

Ma PAL mise à jour - ogromny stosik




Un mélange de titres français et polonais soit 146 titres, un peu plus qu'au début de l'année écoulée. En 2017 j'ai réussi à sortir 24 livres de ma PAL, cette année je vais essayer de faire encore mieux sans pour autant me priver des sorties à la librairie ou à la médiathèque. Si vous aimez les lectures communes (j'en ai déjà prévu quelques-unes dans les mois qui viennent avec JosteinKathel et Sentinelle) n'hésitez pas à me le faire savoir.

Mój ogromny stosik liczący dokładnie 146 książek czyli mieszanka polskich i francuskich tytułów. Sama nie wiem jak to się stało, ze urósł do takich rozmiarów. Nie wiem czy uda mi się za rok zejść poniżej setki bo przecież nie pozbawię się przyjemności z pójścia do biblioteki czy księgarni. W każdym bądź razie będę się starać.



Olivier Adam - A l'abri de rien
Olivier Adam - Les lisières  - lecture commune avec Jostein le 29/03
Olivier Adam - Le cœur régulier
Vincent Almendros - Ma Chère Lise
Nathacha Appanah - En attendant demain
Elizabeth von Arnim - Avril enchanté (Zaczarowany kwiecień)
Margaret Atwood - Opowieść podręcznej (La servante écarlate)

Jo Baker - Une saison à Longbourn (Dworek Longbourn)
Muriel Barbery - L'élégance du hérisson (Elegancja jeża)
Joanna Bator Ciemno, prawie noc 
Joanna Bator - Chmurdalia
Jeanne Benameur - Otages intimes
Jeanne Benameur - Profanes
Philippe Besson - En l'absence des hommes (Pod nieobecność mężczyzn)
Miguel Bonnefoy - Sucre noir
Adrien Bosc - Constellation
Nina Bouraoui - Beaux rivages
Joseph Boyden - Dans le grand cercle du monde
Jessie Burton - Muza (Les filles au lion)

Lise Charles - Comme Ulysse
Philippe Claudel - L'arbre du pays Toraja
Paulo Coelho - Adultère (Zdrada)
Anne Collongues - Ce qui nous sépare
Jackie Copleton - La voix des vagues

Jacek Dehnel  - Balzakiana
Grégoire Delacourt - Les quatre saisons de l'été
Grégoire Delacourt La liste de mes envies (Lista moich zachcianek)
Nicolas Delesalle - Un parfum d'herbe coupée
Luca Di Fulvio - Le gang des rêves
Thérèse Duquesnoy - L'Embaumeur

Jean Echenoz - Les grandes blondes 
Katarzyna Enerlich - Rzeka ludzi osobnych

Alice Ferney  - La conversation amoureuse
Elena Ferrante - Historia zaginionej dziewczynki (L'enfant perdue)
Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale (Szkoła uczuć)
David Foenkinos - Le mystère Henri Pick
Ken Follett - Le Scandale Modigliani (Skandal z Modiglianim)
Irène Frain - Secret de famille

Jérôme Garcin - Le voyant
Romain Gary (Emile Ajar) - La vie devant soi (Życie przed sobą)
Tess Gerritsen - Grawitacja (Chimère)
Peter Geye - L'homme de l'hiver  - lecture commune avec Kathel le 04/02
Elizabeth Gilbert - L'Empreinte de toute chose (Botanika duszy)
Guinevre Glasfurd - Les mots entre mes mains
Vivian Gornick - Attachement féroce
Graham Green - Le dixième homme (Dziesiąty człowiek)
John Green - Nos étoiles contraires (Gwiazd naszych wina)
Manuela Gretkowska - Światowidz
Magdalena Grzebałkowska - Beksińscy, portret podwójny
Jean-Michel Guenassia - La valse des arbres et du ciel - lecture commune avec Jostein le 26/04
Małgorzata Gutowska Adamczyk - Cukiernia pod Amorem - Zajezierscy

Kristin Hannah - Słowik (Le chant du rossignol)
Gail Honeyman - Eleaonor Oliphant va très bien (Eleanor Oliphant ma się całkiem dobrze)
Michel Houellebecq - La carte et le territoire (Mapa i terytorium)
Siri Hustvedt - Un été sans les hommes (Lato bez mężczyzn)
Angela Huth - Les filles de Hallows Farm

Arnaldur Indridason - La cité des jarres
John Irving - L'oeuvre de Dieu, la part du Diable (Regulamin tłoczni win)
Susan Isaacs - Kompromitacja (Positions compromettantes)

Grażyna Jagielska - Miłość z kamienia (L'amour de pierre)
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Bardzo długie przebudzenie
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Kobiety z czerwonych bagien
Grażyna Jeromin-Gałuszka - Długie lato w Magnolii
Jonas Jonasson - Stulatek, który wyskoczył przez okno i zniknął (Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire)

Małgorzata Kalicińska - Lilka
Anna Kamińska - Wanda
Laura Kasischke - Les revenants
Maylis de Kerangal - Réparer les vivants (Reperować żywych)
Douglas Kennedy  - Une relation dangereuse
Yasmina Khadra - La dernière nuit du Raïs
Yasmina Khadra - Ce que le jour doit à la nuit ( Co dzień zawdzięcza nocy)
Hubert Klimko - La maison de Róża (Dom Róży)
Justyna Kopińska - Polska odwraca oczy
Marek Krajewski - W otchłani mroku
Wojciech Kuczok - Gnój
Ewa Kujawska - Dom Małgorzaty

Camilla Lackberg - Pogromca lwów (Le dompteur de lions)
Sylvie Le Bihan - Qu'il emporte mon secret
Pierre Lemaitre - Koronkowa robota (Travail soigné)
Doris Lessing - Pamiętnik przetrwania (Mémoires d'une survivante)
Charlotte Link - Ostatni ślad (La dernière trace)
Jack London - Martin Eden

Henning Mankell - Un paradis trompeur (Wspomnienia brudnego anioła)
Tamara McKinley - Le chant des secrets
Francesca Melandri - Plus haut que la mer
J.A. Michener  - Pologne
Katarzyna Berenika Miszczuk - Szeptucha
Edward Kelsey Moor - Les suprêmes (Trio z Plainview)
Liane Moriarty - Le secret du mari
Kate Morton - L'enfant du lac (Dom nad jeziorem)
Kate Morton - Dom w Riverton (Les brumes de Riverton)
Xavier de Moulins - Charles Drapper
Jojo Moyes - Avant toi (Zanim się pojawiłeś)
Remigiusz Mróz - Zaginięcie
Hanni Munzer -  Miłość w czasach zagłady
Wiesław Myśliwski - Kamień na kamieniu

Irène Némirovsky - Le vin de solitude
Irène Némirovsky - Les Mouches d'automne
Gaëlle Nohant - La part des flammes
Maria Nurowska - Miłość rano, miłość wieczorem

Arto Paasilinna - La douce empoisonneuse
Piotr Paziński - Pension de famille (Pensjonat)
Iain Pears - L'affaire Raphaël 
Patrycja Pelica- Ritterowie
Arturo Perez Reverte - Szachownica flamandzka (Le tableau du Maître flamand)
Katja Petrowskaja - Peut-être Esther
Jerzy Pilch - Moje pierwsze samobójstwo
Evelyne Pisier, Caroline Laurent - Et soudain, la liberté
Katarzyna Puzyńska - Motylek

Dorit Rabinyan - Sous la même étoile (Żywopłot)
Léonor de Recondo - Rêves oubliés
Erich Maria Remarque - La nuit de Lisbonne (Noc w Lizbonie)
Thomas B. Reverdy - Les évaporés
Virginia Reeves - Un travail comme un autre
Pillip Roth - Exit le Fantôme (Duch wychodzi)
Jean Christophe Rufin - La Salamandre
Barbara Rybałtowska - Koło graniaste

Kristina Sabaliauskaite - Silva Rerum
Kazuki Sakuraba - Czerwone dziewczyny (La légende des Akakuchiba)
Jean-Luc Seigle - Je vous écris dans le noir
Isaak Bashevis Singer - Sztukmistrz z Lublina (Le magicien de Lublin)
Andrzej Stasiuk - Nie ma ekspresów przy żółtych drogach
Andrzej Stasiuk - Opowieści galicyjskie (Contes de Galicie)
John Steinbeck - Na wschód od Edenu (A l'est d'Eden)
Jon Kalman Stefansson - D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds
Durian Sukegawa - Les Délices de Tokyo
Magda Szabo - Abigaël (Tajemnica Abigael)

Chantal Thomas - L'échange des princesses
Olga Tokarczuk - Prawiek i inne czasy
Olga Tokarczuk - Księgi jakubowe
Olga Tokarczuk - Bieguni (Les Pérégrins) - lecture commune avec Sentinelle le 18/02
Valérie Tong Cuong - Pardonnable, impardonnable (Wypadek)
Karine Tuil - L'Insouciance
Karine Tuil - Six mois, six jours

Didier Van Cauwelaert - Corps étranger
Didier Van Cauwelaert - Un aller simple (Bilet w jedną stronę)
Krzysztof Varga - Allée de l'Indépendance (Aleja Niepodległości)
Mario Vargas Llosa - Ciotka Julia i skryba (La tante Julia et le scribouillard)
Angelique Villeneuve - Nuit de septembre

Herbjorg Wassmo - Cent ans (Stulecie)
Sarah Waters - Du bout des doigts (Złodziejka)
William Wilkie Collins - La dame en blanc (Dama w bieli)
Elżbieta Wojnarowska Anemony

Alice Zeniter - Juste avant l'Oubli
Markus Zusak - La voleuse de livres (Złodziejka książek)
Stefan Zweig - La confusion des sentiments